27 février 2011

Rosalie ongi ettori

Rosalie s'est promenée ce week end. Cambo, Ustarritz, Bayonne, Anglet, la Chambre d'Amour, Salies de Béarn of course. !!!

 

Enchanteur, rafraichissant, et ... perturbant

Rencontré en soirée, quelques spécimens masculins , de la race des surfeurs !!! Toujours aussi déroutant!

Une vie à attendre la vague, à la Brice de Nice, enfin, non, pas à ce point, puisque eux savent surfer. Mais avec une inscousciance, une distance face au quotidien, la société, le monde dans lequel ils vivent, qui est déroutante. C'est une sorte de fuite en avant, un imaginaire bien réel, celui de la vague, de la poudreuse, de la sensation, SEUL . Et les contraintes disparaissent, l'effort aussi. Le moins possible de recherche d'emploi, ou de tentative pour faire semblant.

Pire, rapporté par un employeur malheureux, la capacité du dit petit bonhomme, (28 ans, informaticien, au passage), à jouer avec son portable quand il doit faire la plonge ou racler la plancha. Avec innocence et fraicheur, sans perversion ni hypocrisie .

Comment peut-on lâcher à ce point? Refuser de se mêler à l'activité des hommes? Complexe de peter pan? A ce stade, Dame Odile le précisera peut-être, le refus est pathologique. Quelle mésavanture a pu transformer un brillant étudiant en affranchi de la vie? Comment expliquer que deux de ses oncles vivent ainsi, eux aussi?

 

Rosalie reste soufflée et sans réponse . Et sans juger non plus, Jiminy cricket !!!

Etrange ce que la société actuelle peut faire à ses enfants, en les empêchant de grandir.

Sur ce , zoup- la tra-la-la, un petit dessin animé pour finir les vacances.

 

vaguehokusai

 

Posté par bycapucine à 20:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Rosalie ongi ettori

    Finalement c'est peut être eux les plus heureux.... xx
    ......................!???!

    Posté par Trop fastoche, 28 février 2011 à 11:32 | | Répondre
Nouveau commentaire